lundi 30 juin 2008

La réduction de l'espace de tolérence en Tunisie

On parle toujours de libérté d'expression, de liberté de se voiler, ou de se devoiler, la liberté de la femme, de l'homme, de l'enfant, des droits de l'homme et de l'animal, on parle toujours et toujours on demande plus mais paradoxalement on ne propose rien, on ne fait aucun effort pour les autres pour comprendre pour apprendre à vivre à plusieurs.
Mon present article trouve ses origines dans l'article de massir "division séparation", dans la psoeudo affaire de la faculté de nabeul, et dans la grabuge des pro/anti-islam de ses derniéres semaines.

Quel est mon constat personnel:
- Chacun détient une vérité, sa propre vérité, et dénie à l'autre son espace de vérité explicitement ou implicitement.
- L'espace de tolérence se réduit des trois cotés: des extremistes religieux, des extremistes anti-religieux et du pouvoir.

Nous sommes en présence de fanatiques, de hooligans, de personnes qui n'acceptent pas l'autre tel qu'il est, des suceptibles qui trouvent toujours le mauvais coté d'une remarque, qui ne s'interrogent jamais sur ce qu'ils font, qui ne se remettent jamais en cause. On dirait qu'on vit dans un monde de certitude.

L'interminable discours et débat sur l'islam, l'état laic, la femme voilée ou non c'est du pipo (en tunisien "dazan bida9") parce que ce que nous observons aujourdhui est un mouvement perpetuel de la société qu'on a observé avant. Sans être un sociologue ou prétendre l'être et je ne pourrai jamais l'être (j'ai pas les compétences et l'envie) , la société tunisienne cherche toujours un équilibre entre ses origines, ses aspirations de progrés, entre le conservateur et le libéral, elle oscille à la recherche de se positionner entre deux extremes. Les derniéres années, elle vie une agitation supllementaire : d'habitude elle oscille entre les extremes religieux (pro/anti) ces derniéres années, nous avons ajouté un facteur perturabteur : le pouvoir. Sous la pression des problémes sociaux de pouvoir d'achat, de chomage, de foot, de pression, d'inégalité de developpement, d'espace de liberté, de précarité de travail (je suis pas gauchiste :p) le pouvoir politique a voulu serrer l'etau pour réguler: mauvais choix il n'a fait qu'augmenter la pression et a alimenté cet antagonisme. Un antagonisme qui pousse à l'extreme à chaque fois que quelqu'un recule l'autre le suit et la distance augmente et l'espace de tolérence diminue.

Ce phénoméne génére aussi un autre derriére c'est le communautaurisme ou sectarisme, le cataloguage des gens : c'est une x, c'est un y, ce sont des z alors que dans les faits nous partageons au moins un truc dans cette vie nous avons chacun et à des parts égaux une part dans ce pays et nous sommes obligés de passer une vie ensemble( face to face), sauf pour ceux qui, par choix ou par obligations, sont sous d'autres cieux (Vous avez toujours vos parts).

S'ajoute à ce phénoméne, un autre spécifique à la blogosphére, la volenté de décharger. La blogosphére parait, pour certains, comme l'unique espace de communication, elle essaye de s'exterioriser avec une volenté de nuire à autrui incomprehensible.
Tu peux être croyant sans me traiter d' apostat. Tu peux être laic sans me traiter d'extremiste. Tu peux etre non-voilée sans traiter la voilée de soumise ou tu peux etre voilée sans traiter la non-voilée de xxxxxx.

Nous sommes tous differents et notre richesse doit venir de cette difference on doit la fructifier : imaginez si nous etions tous de 1.6m et on pese 70kg on pourra pas avoir une équipe de volleyball ou de basketball. Parce que on choisi pas sa vie, son pays, ses parents, son éducation, on s'est construit durant des années aucun de nous ne posséde et ne possédera cette vérité absolue. Personne ne changera en lisant un article ou deux articles sur Internet sinon samahni fih.

Soyons constructifs et logiques, discutons sans s'inter-agresser. Je suis sur que les plus intelligents feront ca :).

P.S: J'ai pas parlé des intervenants exterieurs des chaines TV (ikra, mazika, multivision, ....) parce que je suppose qu'aprés avoir depensé des milliards de dinars en Education depuis 50 ans, notre pays doit avoir au minimum la chance d'avoir des gens qui peuvent prendre leurs decisions en toute objectivité.

un ancien article qui traite de la tolérence

2 commentaires:

HNANI a dit…

bravo, tu as tout dis.

on se marre a dit…

On s'en fout nous de tout ça, le principal c'est que ça nous fasse de la lecture et surtout de l'occupation .

Qu'est-ce que t'en penses c'est pas mieux comme ça ?

Publcité